By The Dutch

Au XIIIe siècle, Batavia Arrack était très populaire en Europe, en particulier en Suède comme l'un des principaux ingrédients du punch suédois, malheureusement, son utilisation en tant que boisson a été perdue et elle est aujourd'hui plus couramment utilisée comme simple ingrédient de punch et de liqueurs ou comme arôme dans divers types de produits alimentaires et de confiserie. L'ambition est de rendre Batavia Arrack à nouveau populaire, car c'est un spiritueux si unique avec une longue histoire. Batavia Arrack est un distillat à base de mélasse de canne à sucre, produit exclusivement sur l'île de Java, en Indonésie. Il est composé d'une gamme très spécifique de distillats Pot still originaires des Indes orientales, produits sur l'île de Java, en Indonésie. C'est le "rhum" de l'Indonésie. Le processus de fermentation comprend l'ajout de riz local fermenté rouge, c'est cela qui le différencie du Rhum, bien que la matière première soit toujours la canne à sucre. La distillation de ces produits est réalisée à l'aide d'alambics à pot très traditionnels, en adoptant les méthodes des anciens distillateurs chinois.


Un rhum sous influence chinoise


Bien avant que les Néerlandais n'explorent pour la première fois l'archipel indonésien au début du XVIIe siècle, et que la United East Indies Company établisse Java comme le centre de son empire commercial, l'arack était produit dans la région à partir de riz ou de feuilles de palmier. La méthode de distillation a presque certainement été introduite par les commerçants arabes, mais ce sont les producteurs de sucre chinois qui ont développé la recette secrète par laquelle la mélasse était fermentée puis distillée pour produire l'arak que nous connaissons aujourd'hui. Cette recette a été transmise de père en fils. Il y a des documents qui suggèrent que les commerçants britanniques ont commencé à acheter de l'arack aux distillateurs chinois dès 1634, tandis qu'un explorateur danois décrit avoir vu un grand nombre de distilleries d'arack à Java en 1673. Nous savons qu'il y avait douze distilleries dans et autour de Batavia en 1712, et au moins vingt en 1778. Au XVIIIe siècle, l'arack est devenu très populaire en Europe, en particulier en Suède comme l'un des principaux ingrédients du punch suédois.


Le rhum Indonésien c'est quoi ?

Le mot « arack » est probablement d'origine arabe. Cela signifie "condensation", une référence au processus de distillation. Au Moyen et Proche-Orient, il existe une autre boisson au nom similaire : l'arak ou araq, qui est souvent un vin fortifié, produit à partir de raisins et aromatisé à l'anis et donc proche de l'ouzo grec, du raki turc ou du pastis français. Une autre variante est produite à partir de feuilles de palmier. Bien que la consommation d'alcool soit interdite par la loi islamique, ces boissons restent extrêmement populaires dans de nombreuses régions du monde arabe. La similitude entre les noms "arack" et "arak" est linguistiquement intéressante mais potentiellement déroutante. Historiquement, les sociétés commerciales néerlandaises ont toujours utilisé le terme "Batavia Arrack" pour ce rhum indonésien.